Le MINFI met le cap sur lÔÇÖexcellence et lÔÇÖ├®mergence

La Conf├®rence annuelle des responsables des services centraux, d├®concentr├®s et ext├®rieurs du minist├¿re des Finances sÔÇÖest ouverte ce 4 f├®vrier 2016 au Palais des Congr├¿s de Yaound├® au cours dÔÇÖune c├®r├®monie pr├®sid├®e par le Ministre des Finances, Alamine Ousmane Mey.

CÔÇÖest la salle de 1500 places du Palais des Congr├¿s de Yaound├® qui a accueilli peu apr├¿s 9h ce jeudi 4 f├®vrier 2016 la c├®r├®monie dÔÇÖouverture de lÔÇÖ├®dition 2016 de la Conf├®rence annuelle des responsables des services centraux, d├®concentr├®s et ext├®rieurs du Minist├¿re des Finances (MINFI). CÔÇÖ├®tait sous la pr├®sidence du Ministre des Finances, Alamine Ousmane Mey, et en pr├®sence de plusieurs membres du gouvernement, de repr├®sentants du secteur priv├® et de la grande famille du MINFI. Th├¿me des travaux qui vont durer deux jours: ÔÇ£Le minist├¿re des Finances, acc├®l├®rateur de lÔÇÖ├®mergence, vers une administration dÔÇÖexcellenceÔÇØ.

Une seule allocution a marqu├® la c├®r├®monie dÔÇÖouverture. Il sÔÇÖagit de celle du Ministre des Finances, articul├®e autour de la probl├®matique qui sous-tend le th├¿me qui anime la r├®flexion.

-Le ministre des Finances a prononc├® un discours dense, riche et tr├¿s appr├®ci├® par les participants. Dans son discours en guise dÔÇÖintroduction aux travaux, Alamine Ousmane Mey est parti de lÔÇÖinterpellation du Chef de lÔÇÖEtat contenue dans son discours ├á la Nation le 31 d├®cembre 2015. Notamment, lorsquÔÇÖil demande quÔÇÖau cours de lÔÇÖann├®e 2016, nos acquis soient fructifi├®s pour moderniser le Cameroun et am├®liorer les conditions de vie des populations. En tant que Minist├¿re des Finances, comment devons-nous appr├®hender cette interpellation forte du Chef de lÔÇÖEtat, surtout lorsquÔÇÖil demande au gouvernement ┬½ ÔǪ dÔÇÖy travailler avec inventivit├®, ardeur et obligation de r├®sultats ┬╗, a interrog├® Alamine Ousmane Mey ?

Pour tenter de r├®pondre ├á ce questionnement, le Ministre des Finances est revenu sur la d├®finition du concept dÔÇÖ├®mergence ├®conomique, et a ├®tabli le lien qui existe entre cette notion et le service public en g├®n├®ral, et lÔÇÖadministration du Minist├¿re des Finances en particulier. On retiendra de ses explications que de mani├¿re constante, les pays ├á la qu├¬te de lÔÇÖ├®mergence ont op├®r├® chacun un vaste mouvement de transformation de leur mod├¿le institutionnel, de leur syst├¿me ├®conomique, et surtout de leur service public, afin dÔÇÖassurer efficacement et judicieusement la mutation n├®cessaire. Au rang des changements prioritaires et indispensables se trouve la transformation du service public. ┬½ Un service public efficace, efficient et moderne est donc un facteur-cl├® du succ├¿s des ├®conomies ├®mergentes. Un service public marqu├® par une d├®marche commune, un paradigme nouveau, ├á lÔÇÖinstar de la gestion ax├®e sur les r├®sultats. Un service public moderne qui fait recours aux technologies de lÔÇÖinformation et de la communication pour capitaliser la gestion des m├®tiers, et am├®liorer le service aux usagers et aux contribuables sur la base dÔÇÖune productivit├® accrue. Une administration dot├®e dÔÇÖune vision strat├®gique partag├®e, une d├®clinaison op├®rationnelle rigoureuse et une approche de gestion administrative centr├®e sur lÔÇÖusager. Un service public b├óti sur des comp├®tences av├®r├®es et promoteur dÔÇÖun environnement des affaires propice ├á lÔÇÖinvestissement ┬╗, a d├®clar├® avec force Alamine Ousmane Mey. Avant de conclure sur ce point que les pays ├®mergents sont ceuxÔÇ£qui ont r├®ussi ├á faire de leurs administrations, des acc├®l├®rateurs de lÔÇÖ├®mergence gr├óce ├á une meilleure qualit├®/accessibilit├® des services rendus aux citoyens, aux usagers et aux contribuablesÔÇØ. CÔÇÖest la voie choisie par le Cameroun, dÔÇÖo├╣ la pertinence et lÔÇÖactualit├® du th├¿me de ces assises, a rassur├® le ministre des Finances.

Am├®lioration des services du MINFI

Alamine Ousmane Mey a dit ├á ses collaborateurs quÔÇÖil sÔÇÖagit, ni plus ni moins, de r├®fl├®chir froidement ├á lÔÇÖam├®lioration qualitative de lÔÇÖensemble des services que le minist├¿re des Finances est appel├® ├á rendre aux citoyens, aux usagers et aux contribuables, dans la perspective de lÔÇÖ├®mergence ├®conomique du Cameroun ├á lÔÇÖhorizon 2035. CÔÇÖest alors quÔÇÖil a formul├®, en relation avec le MINFI, le questionnement suivant. Quelles sont les pistes de changement quÔÇÖil faudrait explorer pour mieux servir la cause de lÔÇÖ├®mergence ? Quelles sont les attitudes et les pratiques quÔÇÖil faudrait d├®velopper pour une administration dÔÇÖexcellence ? Quel mod├¿le nouveau adopter au sein dÔÇÖune administration o├╣ le savoir, le savoir-faire et le savoir-├¬tre sÔÇÖexpriment concomitamment ? Quels sont les processus ├á d├®velopper dans chacun des m├®tiers qui sont les n├┤tres ? Et quelles en sont les normes et les rep├¿res qualitatifs quÔÇÖil conviendrait dÔÇÖ├®tablir ? En dÔÇÖautres termes, que faire pour que notre administration cesse dÔÇÖ├¬tre, comme lÔÇÖa dit le Chef de lÔÇÖEtat, ┬½ ÔǪ point├®e du doigt par les usagers et par nos partenaires au d├®veloppement ┬╗ ? Et quÔÇÖelle apporte sa contribution de mani├¿re significative au mieux-├¬tre des populations.Pour y r├®pondre, lÔÇÖorateur a sugg├®r├® quÔÇÖon pourrait commencer par ├®tablir une nomenclature claire et objective des attentes r├®elles quÔÇÖexpriment le citoyen, lÔÇÖusager ou le contribuable ├á lÔÇÖ├®gard du MINFI. En tant que minist├¿re au service de lÔÇÖ├®mergence, il nous revient aussi, a-t-il indiqu├®, de faire le point des attentes exprim├®es par nos partenaires du secteur priv├®, de la soci├®t├® civile, ainsi que les partenaires au d├®veloppement. SÔÇÖinterroger sur la nature, la qualit├® et les d├®lais des services que nous leur rendons dans le but de faciliter leur travail. Il nous faudra examiner sans complaisance le type de services que nous d├®livrons, les outils qui servent ├á la production de ces services, la qualit├® et lÔÇÖint├®grit├® des hommes et femmes en charge de ces services, et aussi les d├®lais de livraison ├á lÔÇÖaune desquels la qualit├® du service est appr├®ci├®e. Nous avons lÔÇÖobligation, plus que par le pass├®, a poursuivi le ministre, de placer la performance, le r├®sultat au centre de nos pr├®occupations, pour prendre en compte les changements r├®els que nos actions suscitent en termes de satisfaction des besoins des citoyens, des usagers ou des contribuables. Et cela nous impose de les ├®couter et de recueillir sans discontinuer leurs suggestions, dans la perspective de mieux les servir et non se servir, ni asservir, a martel├® Alamine Ousmane Mey.

-Plusieurs membres du gouvernement ont rehauss├® de leur pr├®sence lÔÇÖ├®clat de la c├®r├®monie dÔÇÖouverture.

R├®formes en cours

LÔÇÖoccasion ├®tait alors venue pour le patron du MINFI dÔÇÖ├®voquer les importantes r├®formes au sein de cette administration, afin dÔÇÖacc├®l├®rer la marche vers lÔÇÖ├®mergence. Il a notamment cit├®:

-la r├®forme du budget programme ayant pour but dÔÇÖaccro├«tre les performances du budget de lÔÇÖEtat, dÔÇÖam├®liorer lÔÇÖefficacit├® et lÔÇÖefficience de lÔÇÖinstrument budg├®taire pour mieux satisfaire les besoins des populations ;

-au niveau de la fiscalit├®, les r├®formes dÔÇÖorganisation et de modernisation visent ├á r├®pondre le mieux possible aux attentes exprim├®es par les contribuables, ├á travers la simplicitation, la facilitation des proc├®dures dans le but de promouvoir lÔÇÖactivit├® ├®conomique;

-au plan de la Douane, la d├®mat├®rialisation des proc├®dures est au c┼ôur de la r├®forme visant ├á rendre nos ports plus comp├®titifs tout en maitrisant les risques ;

-dans dÔÇÖautres domaines tels que la gestion de la solde, les subventions, la ma├«trise de la dette, la gestion de la tr├®sorerie, le suivi du secteur bancaire ou celui des assurances, lÔÇÖaccompagnement des grands projets, le suivi de la coop├®ration financi├¿re internationale, etc., le MINFI ne cesse de d├®montrer une grande capacit├® de r├®forme, avec des r├®sultats appel├®s ├á sÔÇÖam├®liorer au fil des ann├®es.

La marche vers lÔÇÖ├®mergence est longue, et nous ne devons donc jamais cesser de nous r├®former et surtout de dialoguer les yeux riv├®s sur la satisfaction des attentes l├®gitimes des acteurs, a fait savoir le Ministre des Finances. Il a conclu sa r├®flexion en d├®clarant que les d├®bats men├®s dans le cadre de ces assises sont lÔÇÖoccasion dÔÇÖapprofondir et dÔÇÖ├®largir ces r├®flexions pour parvenir ├á des recommandations qui permettront au MINFI de mieux jouer son r├┤le dÔÇÖacc├®l├®rateur de lÔÇÖ├®mergence.

 -Une c├®r├®monie particuli├¿rement courue