Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux des Etablissements de crédit,

Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux des Etablissements de Microfinance,

Messieurs les Membres du Comité National Economique et Financier du Cameroun,

Chers journalistes ;

Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi,  en ma qualité de Président du Comité National Economique et Financier (CNEF) du Cameroun de vous remercier sincèrement d’avoir pris un peu de votre précieux temps, pour daigner le consacrer à la présente cérémonie de lancement de la campagne de vulgarisation de la plateforme informatique du CNEF.

A l’origine, cette plateforme informatique comprenait trois composantes à savoir, la Centrale des Incidents de Paiement (CIP), le Fichier Bancaire National des Entreprises (FIBANE) et le Cadre d’Analyse et de Suivi des Etablissements de Microfinance (CASEMF).

L’objectif de cette plateforme était de mettre à la disposition des Etablissements de Crédit et de microfinance, des informations fiables sur la qualité des emprunteurs dans un système financier profondément fragilisé par la crise bancaire de la fin des années 80 et 90.

Cette plateforme a été complétée par d’autres composantes à savoir la Centrale des Risques des Etablissements de Microfinance (CREMF), le Répertoire National des Sûretés Mobilières (RSNM) et l’application de calcul et d’Archivage du Taux Effectif Global et du Taux d’usure.

 

Mesdames et Messieurs,

Malgré les mesures additionnelles prises par le CNEF pour la mutualisation des données et l’amélioration de la qualité et de la transparence de l’information financière via cette plateforme, le dynamisme du secteur financier reste entravé par :

  • les coûts relativement élevés des crédits ;
  • l’aversion du grand public pour l’usage des moyens de paiement scripturaux et électroniques ;
  • l’asymétrie d’information entre prêteurs et emprunteurs ;
  • la faible mobilisation des sûretés mobilières ;
  • le recours systématique aux garanties immobilières ;
  • les difficultés juridiques à réaliser les garanties.

S’agissant de l’usage de la plateforme, à l’épreuve des faits, il apparait clairement qu’elle demeure très peu connue et très peu utilisée par le public cible.

En effet,

  • les établissements de crédit et de microfinance ne respectent pas les obligations de télé-déclaration ;
  • certaines télé-déclarations sont erronées ou incomplètes ;
    la consultation des données de la plateforme lors de l’analyse des dossiers de crédit ou de la délivrance des instruments de paiement n’est pas systématique ;
  • très peu de requêtes sont adressées au CNEF par rapport aux données centralisées par cette plateforme.

Ceci étant, j’attire l’attention des dirigeants des établissements de crédit et de microfinance sur l’obligation de renseigner cette base de données en procédant aux télé-déclarations conformément aux dispositions qui l’encadrent, bien plus, je tiens à leur indiquer que des instructions conséquentes ont été données au Secrétariat Général du CNEF aux fins de sanctionner tous les établissements qui ne s’y conformeront pas à l’issue de cette campagne de vulgarisation.

 

Mesdames et Messieurs,

A la lumière des éléments sus développés, l’objectif général de la campagne que nous lançons ce jour et qui se poursuivra par des séminaires de sensibilisation dans les dix régions du pays, est de permettre à tous les acteurs du système financier de bénéficier des avantages de transparence et de prise de décision financière optimale inhérents à l’usage systématique de la plateforme informatique du CNEF.

Au terme de ladite campagne notre vœu est que  dans un effort commun, les assujettis utilisent  la plateforme dédiée afin :

  • d’améliorer le taux de télé-déclarations des données ainsi que leur sincérité ;
  • de restaurer la confiance dans l’usage des instruments de paiement scripturaux ;
  • de corriger l’asymétrie d’information entre les prêteurs et les emprunteurs en conditionnant tout octroi de crédit et de délivrance d’instrument de paiement à la consultation préalable et systématique de la plateforme ;
  • de baisser le taux de créances en souffrance des établissements de crédit et de microfinance ;
  • d’augmenter le taux de consultation des données dans ladite plateforme par les personnes physiques et morales habilitées.

C’est sur cette note d’espoir que je déclare ouverte la campagne de vulgarisation de la plateforme informatique du CNEF.

Je vous remercie de votre bienveillante attention. /-