ALLOCUTION DÔÇÖOUVERTURE

DE

LA CONFERENCE ANNUELLE DES RESPONSABLES DES SERVICES CENTRAUX, DECONCENTRES ET EXTERIEURS DU MINISTERE DES FINANCES

EDITION 2016

PAR

Monsieur ALAMINE OUSMANE MEY

MINISTRE DES FINANCES

04 FEVRIER 2016

  • Excellences Madame et Messieurs les Ministres,

  • Excellences Mesdames et Messieurs les membres du Corps diplomatique,

  • Monsieur le Secr├®taire G├®n├®ral du Minist├¿re des Finances,

  • Messieurs les Secr├®taires G├®n├®raux,

  • Monsieur lÔÇÖInspecteur G├®n├®ral,

  • Messieurs les pr├®sidents de la CTR et de la CTPL,

  • Mesdames et Messieurs les Directeurs G├®n├®raux,

  • Ch├¿res Collaboratrices, Chers Collaborateurs,

  • Distingu├®s Invit├®s,

  • Mesdames, Messieurs.

Vous souhaiter une chaleureuse bienvenue dans ce magnifique cadre du Palais de Congr├¿s de Yaound├®, est un r├®el plaisir et davantage un privil├¿ge rare que mÔÇÖoffre en ce jour la Conf├®rence Annuelle des Responsables des Services Centraux, D├®concentr├®s et Ext├®rieurs du Minist├¿re des Finances, ├®dition 2016.

LÔÇÖhonneur et le plaisir qui mÔÇÖhabitent en cette circonstance solennelle mÔÇÖam├¿ne tout naturellement ├á r├®server mes premiers mots aux remerciements.

Ces remerciements vont tout dÔÇÖabord ├á mes coll├¿gues, membres du Gouvernement ici pr├®sents, qui nous gratifient de leur pr├®cieux temps nonobstant les contraintes de leur charge. Votre pr├®sence parmi nous, en plus de rehausser lÔÇÖ├®clat de cette c├®r├®monie dÔÇÖouverture, t├®moigne de la solidarit├® au sein du gouvernement de la R├®publique.

Mes remerciements vont ├®galement aux membres du corps diplomatique et ├á lÔÇÖensemble de nos partenaires techniques et financiers, dont la pr├®sence ├á cette rencontre illustre, sÔÇÖil en ├®tait encore besoin, lÔÇÖexcellente qualit├® de nos relations. Je voudrais profiter de lÔÇÖinstant de la parole pour vous exprimer la haute appr├®ciation du Minist├¿re des Finances ainsi que celle de lÔÇÖensemble du Gouvernement, pour lÔÇÖappui constant et multiforme que vous ne cessez dÔÇÖapporter ├á notre pays dans sa marche d├®cisive et irr├®versible vers une prosp├®rit├® partag├®e.

Aux repr├®sentants des institutions financi├¿res nationales et sous r├®gionales, quÔÇÖils trouvent dans mes propos, lÔÇÖexpression de lÔÇÖappr├®ciation de notre collaboration ├á la fois franche et ├®troite. LÔÇÖ├®conomie nationale a besoin de vos financements et nul doute que la mont├®e en puissance de vos contributions est de nature ├á propulser au mieux nos entreprises vers lÔÇÖexcellence.

Je salue en outre la pr├®sence de nos distingu├®s invit├®s ainsi que celle des collaborateurs ├á qui je r├®serve une sp├®ciale bienvenue, pour ceux venant des R├®gions et de lÔÇÖExt├®rieur. JÔÇÖappr├®cie ├á juste titre le r├┤le important qui vous incombe en qualit├® de relais privil├®gi├®s du vaste mouvement de r├®novation et de modernisation du syst├¿me des finances publiques enclench├® depuis quelques ann├®es. Il sÔÇÖagit dÔÇÖune lourde et d├®licate responsabilit├® de tous les instants dont nous avons ensemble la charge.

  • Excellences

  • Mesdames et Messieurs,

La Conf├®rence Annuelle est un moment unique, un moment privil├®gi├® qui rassemble chaque ann├®e la grande famille du Minist├¿re des Finances. Elle est un cadre pr├®cieux, une occasion de grande retrouvaille de lÔÇÖessentiel des collaborateurs en activit├® ├á lÔÇÖint├®rieur et ├á lÔÇÖext├®rieur du Cameroun.

Elle est surtout un cadre appropri├® dÔÇÖ├®change et de partage de connaissances et dÔÇÖexp├®riences, dans lÔÇÖexercice des fonctions face aux enjeux et d├®fis grandissants dans un monde globalis├®. CÔÇÖest aussi lÔÇÖoccasion idoine de prolonger la r├®flexion sur des questions dÔÇÖactualit├® ├á travers des ├®changes francs et ouverts bas├®s sur une observation lucide des faits.

CÔÇÖest dans ce sillage que sÔÇÖinscrit la contribution des acteurs du secteur priv├® et ceux de la soci├®t├® civile dont les apports appr├®ciables conf├¿rent au partenariat public priv├® un caract├¿re strat├®gique ind├®niable et mutuellement b├®n├®fique.

LÔÇÖ├®dition 2016 de notre Conf├®rence Annuelle ne saurait donc ├®chapper ├á cette double logique de Rassemblement catalytique et de R├®flexion, pr├®requis indispensable ├á toute ┼ôuvre de construction.

  • Excellences,

  • Mesdames et Messieurs,

CÔÇÖ├®tait le 31 d├®cembre 2015, le Pr├®sident de la R├®publique, S.E. Monsieur Paul BIYA, dans son message ├á la Nation, pr├®sentait un tableau macro-├®conomique caract├®ris├® par un r├®tr├®cissement de la croissance mondiale et une baisse persistante des prix du p├®trole et de certaines mati├¿res premi├¿res.

Face ├á ces chocs exog├¿nes majeurs, auxquels sÔÇÖajoutent dÔÇÖimportants d├®fis s├®curitaires, notre ├®conomie a fait preuve de r├®silience, affichant des performances encourageantes. LÔÇÖexplication de ce r├®sultat r├®side essentiellement dans la pertinence de notre politique ├®conomique bas├®e sur la diversification, tel que d├®finie par le Chef de lÔÇÖEtat et mise en ┼ôuvre par le Gouvernement.

LÔÇÖon peut donc comprendre ais├®ment, pourquoi dans cette m├¬me adresse ├á la Nation, le Chef de lÔÇÖEtat, S.E. Monsieur Paul BIYA, nous invite de mani├¿re claire et non ├®quivoque, ├á garder le cap de lÔÇÖ├®mergence ├á lÔÇÖhorizon de 2035 au regard des r├®sultats engrang├®s.

Et pour ce faire, il dit je cite ┬½ ÔǪ au cours de lÔÇÖann├®e 2016, nous sommes appel├®s ├á fructifier nos acquis, pour moderniser notre pays et am├®liorer les conditions de vie de nos populations ┬╗ (fin de citation).

En tant que Minist├¿re des Finances, comment devons-nous appr├®hender cette interpellation forte du Chef de lÔÇÖEtat, surtout lorsquÔÇÖil demande au Gouvernement ┬½ ÔǪ dÔÇÖy travailler avec inventivit├®, ardeur et obligation de r├®sultats. ┬╗ ?

  • Excellences,

  • Mesdames et Messieurs,

Pour tenter de r├®pondre ├á ce questionnement, il me semble n├®cessaire de revenir tr├¿s bri├¿vement sur lÔÇÖ├®mergence ├®conomique, mais ├®galement sur le lien qui existe entre cette notion et le service public en g├®n├®ral, lÔÇÖadministration des finances en particulier.

De mani├¿re simple et pratique, il convient de dire que les pays dits ├®mergents sont des pays dont le PIB par habitant connait une croissance ├®conomique rapide, vigoureux et le niveau de vie des populations ainsi que les structures ├®conomiques convergent vers ceux des pays d├®velopp├®s. On retrouve dans ces pays une population jeune et ├®duqu├®e, avec une croissance d├®mographique notable, afin de constituer un march├® domestique important. LÔÇÖ├®conomie y est diversifi├®e, avec une contribution ├®quilibr├®e des secteurs primaires, secondaires et tertiaires.

Autre caract├®ristique des ├®mergents, cÔÇÖest lÔÇÖouverture aux march├®s des capitaux internationaux, afin dÔÇÖattirer des flux financiers importants et doper les investissements directs ├®trangers. Ces pays disposent dÔÇÖinstitutions stables, pour permettre la mise en place de politiques de longue dur├®e, notamment en mati├¿re dÔÇÖinvestissement dans les infrastructures la s├®curit├® juridique et judiciaire y est assur├®e.

A lÔÇÖanalyse, il apparait de mani├¿re constante que les pays ├á la qu├¬te de lÔÇÖ├®mergence, ont op├®r├® chacun un vaste mouvement de transformation de leur mod├¿le institutionnel, de leur syst├¿me ├®conomique, et surtout de leur service public, afin dÔÇÖassurer efficacement et judicieusement la mutation n├®cessaire.

Au rang des changements prioritaires et indispensables se trouve la transformation du service public.

Un service public efficace, efficient et moderne est donc un facteur cl├® du succ├¿s des ├®conomies ├®mergentes.

Un service public marqu├® par une d├®marche commune, un paradigme nouveau, ├á lÔÇÖinstar de la gestion ax├®e sur les r├®sultats. Un service public moderne qui fait recours aux technologies de lÔÇÖinformation et de la communication pour capitaliser la gestion des m├®tiers, et am├®liorer le service aux usagers et aux contribuables sur la base dÔÇÖune productivit├® accrue.

Une administration dot├®e dÔÇÖune vision strat├®gique partag├®e, une d├®clinaison op├®rationnelle rigoureuse et une approche de gestion administrative centr├®e sur lÔÇÖusager ;

Un service public b├óti sur des comp├®tences av├®r├®es et promoteur dÔÇÖun environnement des affaires propice ├á lÔÇÖinvestissement.

De mani├¿re globale, Mesdames et Messieurs, ces pays ont simplement r├®ussi ├á faire de leurs administrations, des acc├®l├®rateurs de lÔÇÖ├®mergence gr├óce ├á une meilleure qualit├®/accessibilit├® des services rendus aux citoyens, aux usagers et aux contribuables.

CÔÇÖest la voie emprunt├®e par le Cameroun. Mais, tout nÔÇÖest pas parfait selon lÔÇÖ├®valuation faite par le Chef de lÔÇÖEtat dans son message ├á la Nation du 31 d├®cembre 2015. Il dit, je cite : ┬½ LÔÇÖAdministration est un indispensable instrument r├®galien au service de lÔÇÖEtat et de lÔÇÖint├®r├¬t g├®n├®ral. Elle est pourtant r├®guli├¿rement point├®e du doigt par les usagers et par nos partenaires au d├®veloppement ┬╗.fin de citation.

Le th├¿me choisi pour la pr├®sente Conf├®rence Annuelle, ├á savoir ┬½ Minist├¿re des Finances : Acc├®l├®rateur de lÔÇÖ├®mergence, vers une administration dÔÇÖexcellence ┬╗, trouve l├®gitimement toute sa pertinence et son actualit├®.

Car il sÔÇÖagit, ni plus ni moins de r├®fl├®chir froidement ├á lÔÇÖam├®lioration qualitative de lÔÇÖensemble des services que le Minist├¿re des Finances est appel├® ├á rendre aux citoyens, aux usagers et aux contribuables, dans la perspective de lÔÇÖ├®mergence ├®conomique de notre pays ├á lÔÇÖhorizon 2035.

Le questionnement le n├┤tre dans ce contexte pourrait sÔÇÖexprimer de la sorte :

Quelles sont les pistes de changement quÔÇÖil faudrait explorer pour mieux servir la cause de lÔÇÖ├®mergence ? Quelles sont les attitudes et les pratiques quÔÇÖil faudrait d├®velopper pour une administration dÔÇÖexcellence ? Quel mod├¿le nouveau adopter au sein dÔÇÖune administration o├╣ le savoir, le savoir-faire et le savoir ├¬tre sÔÇÖexpriment concomitamment ? Quels sont les processus ├á d├®velopper dans chacun des m├®tiers qui sont les n├┤tres ? Et quelles en sont les normes et les rep├¿res qualitatifs quÔÇÖil conviendrait dÔÇÖ├®tablir ?

En dÔÇÖautres termes, que faire pour que notre administration cesse dÔÇÖ├¬tre, comme lÔÇÖa dit le Chef de lÔÇÖEtat, ┬½ ÔǪ point├®e du doigt par les usagers et par nos partenaires au d├®veloppement ┬╗ ? et quÔÇÖelle apporte sa contribution de mani├¿re significative au mieux ├¬tre des populations.

Pour y r├®pondre, lÔÇÖon pourrait commencer par ├®tablir une nomenclature claire et objective des attentes r├®elles quÔÇÖexpriment le citoyen, lÔÇÖusager ou le contribuable ├á lÔÇÖ├®gard de notre administration.

En tant que Minist├¿re au service de lÔÇÖ├®mergence, il nous revient aussi de faire le point des attentes exprim├®es par nos partenaires du secteur priv├®, de la soci├®t├® civile, ainsi que les partenaires au d├®veloppement. SÔÇÖinterroger sur la nature, la qualit├® et les d├®lais des services que nous leur rendons dans le but de faciliter leur travail.

Il nous faudra examiner sans complaisance le type de services que nous d├®livrons, les outils qui servent ├á la production de ces services, la qualit├® et lÔÇÖint├®grit├® des hommes et femmes en charge de ces services, et aussi les d├®lais de livraison ├á lÔÇÖaune desquels la qualit├® du service est appr├®ci├®e.

Nous avons lÔÇÖobligation, plus que par le pass├®, de placer la performance, le r├®sultat au centre de nos pr├®occupations, pour prendre en compte les changements r├®els que nos actions suscitent en termes de satisfaction des besoins des citoyens, des usagers ou des contribuables. Et cela nous impose de les ├®couter et de recueillir sans discontinuer leurs suggestions, dans la perspective de mieux les servir et non se servir, ni asservir.

AujourdÔÇÖhui, diverses r├®formes, non des moindres, sont en cours au sein du Minist├¿re des Finances pour y parvenir pour acc├®l├®rer lÔÇÖ├®mergence :

  • la r├®forme du budget programme ayant pour but dÔÇÖaccro├«tre les performances du budget de lÔÇÖEtat, dÔÇÖam├®liorer lÔÇÖefficacit├® et lÔÇÖefficience de lÔÇÖinstrument budg├®taire pour mieux satisfaire les besoins des populations ;

  • au niveau de la fiscalit├®, les r├®formes dÔÇÖorganisation et de modernisation visent ├á r├®pondre le mieux possible aux attentes exprim├®es par les contribuables, ├á travers la simplicitation, la facilitation des proc├®dures dans le but de promouvoir lÔÇÖactivit├® ├®conomique.

  • au plan de la Douane, la d├®mat├®rialisation des proc├®dures est au c┼ôur de la r├®forme visant ├á rendre nos ports plus comp├®titifs tout en maitrisant les risques ;

  • dans dÔÇÖautres domaines tels que la gestion de la solde, les subventions, la ma├«trise de la dette, la gestion de la tr├®sorerie, le suivi du secteur bancaire ou celui des assurances, lÔÇÖaccompagnement des grands projets, le suivi de la coop├®ration financi├¿re internationale, etc., notre Minist├¿re ne cesse de d├®montrer une grande capacit├® de r├®forme, avec des r├®sultats appel├®s ├á sÔÇÖam├®liorer au fil des ann├®es.

    Ces quelques exemples que je viens de relever montrent que des efforts consid├®rables ont ├®t├® faits, pour aller vers une administration dÔÇÖexcellence au service de lÔÇÖ├®mergence. Tous ces efforts restent vains tant quÔÇÖils ne sont pas reconnus par le juge supr├¬me et le b├®n├®ficiaire quÔÇÖest lÔÇÖusager de notre Administration, pris individuellement, et la soci├®t├® toute enti├¿re.

    La marche vers lÔÇÖ├®mergence est longue, et nous ne devons donc jamais cesser de nous r├®former et surtout de dialoguer les yeux riv├®s sur la satisfaction des attentes l├®gitimes des acteurs.

    Les d├®bats qui seront men├®s dans le cadre de la pr├®sente conf├®rence, sont lÔÇÖoccasion dÔÇÖapprofondir, dÔÇÖ├®largir ces r├®flexions pour parvenir ├á des recommandations qui permettront au Minist├¿re des Finances, de mieux jouer son r├┤le dÔÇÖacc├®l├®rateur de lÔÇÖ├®mergence. LÔÇÖargent, dit-on, est le nerf de la guerre. Il devra alimenter notre moteur de la croissance et de lÔÇÖ├®mergence, soutenu en cela par un service public dÔÇÖexcellence.

  • Excellences,

  • Distingu├®s Invit├®s,

  • Mesdames, Messieurs,

Voil├á la r├®flexion liminaire que jÔÇÖai souhait├®e partager avec vous, en guise dÔÇÖintroduction aux travaux de la pr├®sente Conf├®rence Annuelle des responsables des services centraux, d├®concentr├®s et ext├®rieurs, ├®dition 2016.

Tout ├á lÔÇÖheure, une table ronde sur le th├¿me de cette conf├®rence vous sera propos├®, et ├á laquelle prendront part des op├®rateurs du secteur priv├®, sous la mod├®ration du Secr├®taire G├®n├®ral du Minist├¿re des Finances, pr├®sident du comit├® dÔÇÖorganisation de la pr├®sente conf├®rence.

Pour notre traditionnelle Conf├®rence Annuelle, ce format inhabituel -cÔÇÖest cela aussi lÔÇÖadaptation quÔÇÖexigent les r├®formes- me semble bien correspondre ├á notre volont├® dÔÇÖouverture et de partenariat, qui sont indispensables ├á lÔÇÖam├®lioration de nos performances. SÔÇÖouvrir pour sÔÇÖenrichir, tel est le but de cette d├®marche.

Je vous invite donc ├á suivre cette table ronde avec le plus grand int├®r├¬t, analyser froidement les probl├®matiques et ├á y participer activement par vos questions et vos contributions que je sais toujours pertinents.

Aucune contribution nÔÇÖest de trop pour construire une administration de d├®veloppement, car le d├®veloppement est lÔÇÖaffaire de tous et de chacun.

Pour terminer, je ne saurais mÔÇÖemp├¬cher de rappeler ces propos fort ├®vocateurs du Chef de lÔÇÖEtat, S.E. Monsieur Paul BIYA, dans son discours dÔÇÖouverture et de politique g├®n├®rale le 15 septembre 2011.

Il disait : (je cite) ┬½ La nouvelle dynamique, cÔÇÖest moderniser notre fonction publique et la rendre plus efficace. La fonction publique doit ├¬tre au service du public. Elle doit tourner le dos ├á lÔÇÖattentisme, ├á lÔÇÖinertie, ├á lÔÇÖimmobilisme, et ├á lÔÇÖaffairisme, pour devenir plus efficace, se redonner une ├®thique, hisser ses performances ├á la hauteur des enjeux, et se tourner r├®solument vers la satisfaction de lÔÇÖint├®r├¬t g├®n├®ral. ┬╗(Fin de citation).

Dans lÔÇÖespoir que ces propos nous inspireront au-del├á de cette conf├®rence dont les recommandations sont attendues avec impatience.

JE DECLARE OUVERTS, LES TRAVAUX DE LA CONFERENCE ANNUELLE DES RESPONSABLES DES SERVICES CENTRAUX, DECONCENTRES ET EXTERIEURS DU MINISTERE DES FINANCES, EDITION 2016.

Et je vous remercie pour votre bienveillante attention. /-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *