minfi motazeA la faveur du décret 2018/191 du 02 mars 2018 portant Réaménagement du gouvernement par le Président Paul BIYA, Louis Paul Motaze a été nommé Ministre des Finances. Il a été installé dans ses fonctions par le Premier Ministre, Chef du gouvernement, Philémon Yang, le 6 mars 2018 à Yaoundé dans la Salle des Actes du Ministère des Finances.

                 Premier de sa session au concours d’entrée à l’Ecole Nationale d’Administration et de la Magistrature (ENAM) en 1981, il en sort Administrateur civil, section Economie et Finances, Major de sa promotion en 1983. Il renforce ses capacités en France en obtenant un DEA (diplôme d’études approfondies) en droit public et un DESS (diplôme d’études supérieures spécialisées) en transport international en 1985.

Il débute sa carrière à la Division des Affaires Economiques de la Présidence de la République du Cameroun en 1983. Puis il dépose ses valises à la CAMSHIP (Cameroon Shipping Lines) de 1984 à 1989. Il intègre ensuite la CAMAIR (Cameroon Airlines) en 1989 et y reste jusqu’en 1999.

             Nanti de cette expérience, il prend les rênes de la Direction Générale de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS) en 1999, une entreprise en crise structurelle avec des arriérés de pensions. Il réorganise l’entreprise, solde les arriérés, améliore la trésorerie et humanise l’accueil des pensionnés et des usagers.

             Ce passage remarquable à la CNPS renforce la confiance du Chef de l’Etat qui le nomme en 2007 Ministre de l’Economie, de la Planification et de l‘Aménagement du Territoire (MINEPAT), dans un contexte marqué par le septennat des Grandes Ambitions. Il élabore le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE) et recherche les financements innovants pour mettre en œuvre les projets structurants contenus dans le DSCE.                

En 2011, ses états de services le conduisent au poste de Secrétaire Général des Services du Premier Ministre :      il coordonne les actions du gouvernement aux côtés du Premier Ministre et assure en sa qualité de Président du Comité de Pilotage de plusieurs projets, la coordination des grands projets des Grandes Réalisations de l’Etat du Cameroun et notamment le port en eaux profondes de Kribi, les barrages hydroélectriques de Lom Pangar et de Menve’ele, les projets de fer de Mbalam et de Bauxite de Ngaoundal.

En 2015, il revient au MINEPAT poursuivre la réalisation des grands projets structurants, socle de la croissance nécessaire à l’atteinte de l’émergence du Cameroun à l’horizon     2035. Il améliore ainsi la consommation du budget d’investissement public (BIP) qui avoisine presque 100%.            

Le 2 mars 2018, Louis Paul Motaze est nommé Ministre des Finances dans un contexte marqué par la crise économique caractérisée par la baisse des coûts des produits pétroliers, du cacao et du café; la détérioration des soldes budgétaires en zone CEMAC et la mise en œuvre du Programme Economique et Financier (PEF) soutenu par la facilité élargie de crédit (FEC) du FMI (2017 -2019); les élections au Cameroun et le financement des PME.    

Ce digne fils du Sud, né lé 31 janvier 1959 à Bengbis dans le Dja et Lobo est marié et père de trois enfants. Nul doute que Louis Paul Motaze, le baroudeur, a manifestement le profil de l’emploi pour relever avec célérité les défis qui l’attendent au Ministère des Finances.        


 mindel yaoubaIl fait son entrée au gouvernement en septembre 2006 comme ministre délégué auprès du ministre de la Planification, la Programmation du développement et l'Aménagement du Territoire. Un an plus tard, il inaugure, avec Louis Paul Motaze, le ministère de l’Economie, de la Planification, et de l'Aménagement du territoire. Depuis ce temps, il assure une veille technologique et permanente dans ce département ministériel où il siège depuis 2006, à la présidence du comité de pilotage de la stratégie de développement du secteur rural.

Pas étonnant qu’avec sa connaissance des milieux ruraux, il ait contribué au déploiement avec succès du programme Agropole dans plusieurs localités du Cameroun. Sous sa férule, plusieurs communautés rurales camerounaises ont bénéficié d’appuis financiers et techniques de l’Etat pour le développement de filières agropastorales porteuses de croissance.

L’arrivée au ministère des Finances, en tandem avec Louis Paul Motaze, est perçue comme la continuité d’une action efficace qui a éprouvé bien des sentiers. La charge du Budget dont il pourrait prioritairement hériter exige des qualités qui lui sont déjà chevillées au corps : concentration, discrétion et efficacité. Car, l’administration du Budget est, dans le dispositif actuel du programme économique et financier, l’épicentre de l’exécution des réformes qui vont contribuer au succès et à la réussite du redressement des finances publiques.

A 60 ans, l’ingénieur agroéconomiste qui a conduit de nombreux projets ayant concouru au bien-être de nombre de populations du nord au sud, de l’est à l’ouest, a devant lui des défis immenses à la mesure de son pedigree.

 

sec-generalGilbert Didier Edoa, un homme dévoué Le nouveau secrétaire général du ministère des Finances, qui revient dans une maison qu’il connaît bien, n’évoluera pas en terrain inconnu. Il a l’apparence calme et posé. Gilbert Didier Edoa a également un destin qui le rapproche de celui de son prédécesseur au poste, Urbain Noël Ebang Mve. En l’installant dans ses nouvelles fonctions de secrétaire général du ministère des Finances, Alamine Ousmane Mey, a rappelé fort opportunément qu’il y a quelques années de cela, les deux hommes étaient en service au sein du ministère des Finances et du Budget. L’un comme sous-directeur de la préparation du budget, l’autre comme sous-directeur de l’exécution du budget. Dix années plus tard, il y a un passage de témoin entre eux. Selon le ministre, le dévouement et la loyauté chevillés au corps, chacun d’entre eux a assumé avec abnégation les responsabilités qui leur ont été confiées tout au long de leur carrière professionnelle. Une carrière qui, d’après lui, s’est construite patiemment, par l’ardeur au travail et le respect des valeurs et principes de notre administration publique. Ce message d’Alamine Ousmane Mey, au-delà du témoignage, s’est adressé également aux jeunes fonctionnaires du ministère des Finances et d’ailleurs, qui ont aujourd’hui une belle opportunité d’observer les parcours de ces deux secrétaires généraux à l’honneur. Leur parcours doit les inspirer afin qu’ils s’engagent aussi et toujours davantage dans l’accomplissement exemplaire des tâches administratives dont ils ont et auront la charge.

 

sec-generalJusqu’au 21 décembre 2015, date de sa nomination par un décret présidentiel au poste de directeur général des douanes, Fongod Edwin Nuvaga n’était pas très connu par le grand public. Et pourtant, au sein de l’administration des douanes, celui qui remplace Mme Minette Libom Li Likeng, le directeur général des douanes sortant, n’est pas un inconnu. Puisque jusqu’à sa nomination, Fongod Edwin Nuvaga était depuis 2012, chef de la division informatique dans cette administration du ministère des Finances. Mais avant cela, cet inspecteur principal des Douanes hors échelle, né en 1962 à Bali-Nyonga dans la Mezam, région du Nord-Ouest, a tour à tour été inspecteur des visites au Port de Douala en 1989 ; inspecteur vérificateur au port de Douala en 1993 ; chef de service de transit national et international en 1996 ; chef du service des vérifications et des liquidations en 1999 ; chef secteur des Douanes du Nord-Ouest en 2002 ; chef secteur des Douanes du Littoral II en 2005 ; chef de la division des requêtes et du contentieux en 2010. Sorti de l’Ecole nationale d’administration et de la magistrature (ENAM) en 1989 comme inspecteur des douanes, Fongod Edwin Nuvaga s’est particulièrement distingué pour avoir été le major de sa promotion. Egalement titulaire d’un Diplôme d’études approfondies en Economy and Development Geography, le nouveau patron des gabelous a, comme on le voit, gravi tous les échelons de l’administration douanière, avec une bonne expérience de terrain, mais également une bonne connaissance des services centraux de la Douane. Rien donc de surprenant si pendant son installation dans ses nouvelles fonctions, le ministre des Finances, Alamine Ousmane Mey, a déclaré que Fongod Edwin Nuvaga est « the right person at the right place ». Marié et père de quatre enfants, le nouveau directeur général des douanes est également chevalier du mérite camerounais et médaillé d’honneur de l’Organisation mondiale des douanes, entre autres. Il a reçu le prix du professionnalisme et de l’efficacité managériale conceptuelle, l’année dernière pendant la journée internationale de la douane.

 

dir-gal-impotNé le 15 mars 1975 à Guidiguis dans la Région de l’Extrême-Nord, Modeste MOPA FATOING est Inspecteur principal des Régies financières (option impôts). Après l’obtention de son baccalauréat au lycée de Kaélé en 1993 et sa licence en droit privé trois ans plus tard à l’Université de Douala, il intègre l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature et en sort major de sa promotion. Parallèlement, il achève une maîtrise en droit des affaires à l’Université de Yaoundé II.

Commence alors une carrière administrative à la Direction des impôts où il gravit les échelons pour devenir Chef de Division de la Législation. Il s’ouvre le chemin des institutions internationales après avoir obtenu un master professionnel en administration publique à l’ENA de Paris en 2007. Après un bref passage au poste de Chef secteur des impôts du Mfoundi dans la Région du Centre, il intègre le centre d’Assistance Technique du Fonds Monétaire International (FMI), une structure qui a pour vocation d’assurer le renforcement des capacités macro-économiques et financières des pays ouest-africains, la Guinée et la Mauritanie comprises. Ce centre qui est basé à Abidjan l’accueillera jusqu’à sa nomination comme Directeur Général des Impôts intervenue le vendredi 14 juin 2013.

 

dir-gal-dgtcfm

Né en 1963, Sylvester MOH TANGONGHO a été nommé Directeur Général du Trésor, de la Coopération Financière et Monétaire le 14 juin 2013. Ce poste apparaît comme le sommet d’une carrière de plus de vingt ans pour cet inspecteur principal du Trésor. Ce fils du Département du Ngoketundja dans la Région du Nord-Ouest a effectué un parcours exceptionnel dans les rouages de la comptabilité publique depuis l’obtention de son diplôme à l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM) en 1989. Il s’occupe dans un premier temps et ce, jusqu’en 1991, de la confection des états de concordance bancaire et de la réforme de la comptabilité publique du trésor. Entre octobre 1991 et avril 1994, il est détaché à la Cellule de la formation avec la coopération technique française. Parallèlement, il dispense des cours de travaux pratiques de comptabilité publique à l’ENAM, avant d’être promu fondé de pouvoirs de la Trésorerie Générale de Bamenda en 1997. Deux ans plus tard, il est nommé sous-directeur de la comptabilité à la Division des opérations du trésor jusqu’en 2004. Par la suite, il passera sept ans (2004-2011) comme fondé de pouvoirs à l’Agence Comptable centrale du trésor. Formateur dans l’âme, il a également mis ses grandes qualités de réformateur à contribution en participant à la réforme des systèmes de paiement de la CEMAC, ainsi qu’à la rédaction du plan comptable de cette institution sous-régionale, entre 2000 et 2008.

 

dir-gal-dgb-edou

Jusqu’à ce 10 mars 2017 quand il est promu directeur général du Budget, Cyrill Edou Alo’o occupait les fonctions de chef de division de la réforme budgétaire et comptable. A ce poste qu’il occupait depuis 2011, l’inspecteur principal des régies financières a conduit les études relatives à la réforme budgétaire et comptable. Il était aussi en charge de la conduite des travaux de mise en œuvre de la loi portant régime financier de l’Etat. L’actuel directeur général du Budget a toujours souhaité s’exprimer « au sein d’une structure susceptible de tirer profit de ma réelle motivation et favoriser mon évolution vers un poste comportant encore plus de responsabilités et exigeant investissement personnel.» Le nouveau directeur général du Budget est expert en gestion des finances publiques, tout en cernant les pratiques budgétaires de l’Etat.

Le nouveau directeur général du Budget a vu le jour le 28 octobre 1966 à Mbae-Bili par Olamze dans le département de la Vallée du Ntem, région du Sud Cameroun. Titulaire d’une licence en sciences économiques de l’université de Yaoundé en 1991, Cyrill Edou Alo’o est diplômé des régies financières (trésor) de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM) en 1994. Il est aussi titulaire d’un master en management public obtenu à Sciences-Po Paris en 2010. Il est en plus diplômé du cycle international de l’Ecole nationale d’administration (ENA) de Strasbourg en France en 2005. Le nouveau directeur général du Budget est en outre certifié sur les procédures financières et contractuelles du 9ème et 10e FED obtenu en 2007 à Bruxelles en Belgique.