Les r├®alisations ├á date sont encourageantes

Interview du Ministre des Finances, Alamine Ousmane Mey, face ├á la presse, ├á lÔÇÖissue de la c├®r├®monie dÔÇÖouverture de la conf├®rence annuelle ce jeudi.

Monsieur le Ministre, de quels atouts dispose le Minist├¿re des Finances pour jouer son r├┤le dÔÇÖacc├®l├®rateur de lÔÇÖ├®mergence ?

La conf├®rence annuelle des Responsables du MINFI est un moment unique et privil├®gi├® qui permet ├á lÔÇÖensemble de la famille du Minist├¿re des Finances de faire le point de lÔÇÖexercice budg├®taire ├®coul├® et de se projeter dans le cadre de lÔÇÖexercice qui vient de d├®marrer.  Si nous nous inspirons du message du Pr├®sident de la R├®publique Son Excellence Paul Biya le 31 d├®cembre 2015, on est en droit de se poser la question de la contribution de notre administration au cheminement de notre pays vers lÔÇÖ├®mergence en 2035. Dans son adresse, le Pr├®sident de la R├®publique a r├®it├®r├® lÔÇÖinterpellation ├á lÔÇÖendroit de lÔÇÖadministration globalement et celles qui sont au-devant de la sc├¿ne en mati├¿re dÔÇÖaccompagnement vers cette ├®mergence, ├á faire une certaine mue de leur mani├¿re de faire, de leur contribution et surtout, dÔÇÖapporter des propositions et des solutions concr├¿tes aux probl├®matiques rencontr├®es par les populations dans le strict respect de la d├®ontologie dans ce domaine.

Nous voulons donc penser quÔÇÖau regard de la boussole qui existe d├®j├á, ├á savoir le Document de Strat├®gie pour la Croissance et lÔÇÖEmploi (DSCE), au regard des grands projets structurants en cours, il est important que le Minist├¿re des Finances apporte tout son soutien aussi bien en mati├¿re de collecte et de mobilisation des ressources, mais aussi et surtout en mati├¿re de qualit├® de service rendu aux usagers, aux citoyens et de mani├¿re globale ├á la soci├®t├® tout enti├¿re. Nous pensons que le positionnement de la th├®matique de notre conf├®rence va en droite ligne des interpellations du Chef de lÔÇÖEtat pour une administration qui va vers lÔÇÖexcellence et qui se veut le catalyseur de lÔÇÖ├®mergence. Ces points vont ├¬tre d├®battus par mes collaborateurs qui se sont retrouv├®s ce jour et qui poursuivront leur rencontre demain. A lÔÇÖissue des travaux, nous aurons des recommandations pertinentes qui permettront au Minist├¿re des Finances de construire un plan dÔÇÖaction sp├®cifique, simple, pratique et op├®rationnel pour satisfaire ├á ce d├®fi de lÔÇÖ├®mergence auquel nous sommes tous attach├®s. Nous voulons apporter notre contribution au Minist├¿re des Finances en relation avec les autres administrations en charge des politiques publiques.

La modernisation en cours au Minist├¿re des Finances a-t-elle d├®j├á produit les r├®sultats escompt├®s qui peuvent int├®grer la dynamique quÔÇÖon observe ?

Les r├®alisations ├á date sont encourageantes. Elles permettent de dire que nous sommes dans la bonne direction en mati├¿re de r├®formes. Que ce soit en mati├¿re budg├®taire au travers de la r├®forme du budget-programme ; que ce soit en mati├¿re fiscale dans le cadre de la r├®forme de lÔÇÖorganisation et de la modernisation pour faciliter, simplifier les proc├®dures et am├®liorer le climat des affaires tout en garantissant les droits des contribuables ; que ce soit en mati├¿re de promotion de lÔÇÖenvironnement des affaires et de la simplification des proc├®dures ├á travers la d├®mat├®rialisation au sein de lÔÇÖadministration des douanes, nous pensons que des r├®sultats tangibles sont visibles. Les performances financi├¿res ├á date sont aussi satisfaisantes mais il reste encore des marges de man┼ôuvre importantes pour continuer ├á alimenter notre budget en mati├¿re de ressources gr├óce ├á une politique dÔÇÖendettement qui est plus ├á m├¬me de soutenir les investissements en infrastructures tout en gardant ├á lÔÇÖesprit la n├®cessit├® dÔÇÖune viabilit├® et dÔÇÖune soutenabilit├® de cette dette. Et bien entendu, lÔÇÖutilisation efficace des ressources disponibles pour assurer la qualit├® de la d├®pense et participer ├á la r├®alisation des projets ├á forte valeur ajout├®e. Cela se fera avec les secteurs primaire, secondaire et tertiaire qui vont ├¬tre dop├®s et nous pensons que le v┼ôu du Pr├®sident de la R├®publique de construire une industrie plus forte et plus ├á m├¬me de porter notre croissance, cela pourrait ├¬tre am├®lior├® avec la loi de 2013 sur les incitations ├á lÔÇÖinvestissement priv├® au Cameroun. Tout cela est ├á saluer et demeure perfectible et nous allons poursuivre avec les appuis des uns et des autres, le soutien du secteur priv├® pour arriver ├á am├®liorer les r├®sultats obtenus et acc├®l├®rer lÔÇÖ├®mergence de notre pays ├á travers une croissance plus forte, plus robuste, plus inclusive et de nature ├á cr├®er des emplois pour notre jeunesse.

Alamine Ousmane Mey : ┬½ Le positionnement de la th├®matique de notre conf├®rence va en droite ligne des interpellations du Chef de lÔÇÖEtat ┬╗

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *