Dans un rapport publié le 27 juillet 2020, l’institution du Betton Woods a fait un écho sur les indéniables bénéfices que pourrait générer la zone de libre-échange africaine (ZLECAF) sur l’économie  du continent africain, qui souffre encore des effets négatifs de la pandémie de corona virus.

Selon la Banque Mondiale, l’opérationnalisation de ce marché devra favoriser l’accélération de la croissance économique qui déjà subit des effets néfastes de la pandémie du covid-19. La perte de 79 milliards de dollars en 2020 sur le plan économique en dit long.  L’implémentation effective de cet espace commercial est une occasion de stimuler la croissance économique, de réduire la pauvreté et d’élargir l’inclusion économique du continent. Cependant, pour atteindre des résultats probants, il faut que cet accord se matérialise. Pour ce faire l’institution financière internationale recommande  une réduction des frais bureaucratiques et une simplification des procédures douanières. Il s’agit  pour ce  dernier cas de réduire les barrières non tarifaires, notamment les quotas et les règles d’origine qui permettraient un rehaussement du revenu régional de 7% soit 450 milliards de dollars.

Les recommandations de la  Banque Mondiale  sont d’une importance capitale pour les politiques de mises en œuvre de la  Zlecaf par les pays africains. Des améliorations majeures pourront être perceptibles dans les conditions de vie des populations.  Ainsi, 30 millions de personnes pourraient sortir de la pauvreté extrême et 68 millions autres de la pauvreté modérée en 2035, du fait de l’augmentation de la rémunération des femmes et des travailleurs non qualifiés. Enfin une intégration des entreprises africaines pourrait être renforcée dans la chaine logistique qui rapporterait environ 292 milliards de dollars.

Tels sont les points saillants de ce rapport, qui devrait redorer le blason des 54 pays signataires parmi lesquels le Cameroun. Initialement prévu le 1er juillet 2020, ce marché prendrait son envol effectif en janvier 2021, ce qui fera de cette zone  l’espace commercial le plus vaste au monde avec 1,2 milliards d’habitants.