A l’issu d’une session extraordinaire de son Comité de Politique Monétaire tenue le 22 juillet 2020, la BEAC prévoit d’injecter 600 milliards F CFA dans un programme de rachat de la dette des Etats de la CEMAC.

Réuni en visioconférence le 22 juillet 2020, le Comité de Politique Monétaire (CPM) de la Banque de Etats de l’Afrique Centrale (BEAC), tenait sa session extraordinaire sous la présidence d’Abbas MAHAMAT TOLLI, Gouverneur de la BEAC. Il était question au cours de cette réunion d’examiner les mesures exceptionnelles et complémentaires de la politique monétaire proposées par le Gouvernement de la Banque Centrale pour soutenir les Etats qui subissent les conséquences économiques de la crise liées au Covid-19.

Une mesure en signe de soulagement s’en suit. Il s’agit d’un programme de rachat ponctuel et ciblé sur le marché secondaire, des titres publics émis par les Etats membres de la CEMAC, conformément aux dispositions du cadre règlementaire relatif aux règles et modalités d’intervention de la BEAC sur le marché monétaire.

Le CPM fixe l’enveloppe globale maximale de ce programme à 600 milliards F CFA pour l’ensemble de la CEMAC et la maturité des titres publics à 10 ans au maximum. Ça veut dire que la BEAC ne va pas racheter des dettes qui doivent commencer à être remboursées par les Etats dans plus de 10 ans. Ce programme, devrait durer six mois avec une prolongation possible de six mois supplémentaires en tant que de besoin et suivant les perspectives économiques en 2021.

Aux Etats souhaitant en bénéficier, le CPM leur demande de réviser et de respecter leur calendrier d’émission des titres publics, en concertation avec les Spécialistes en Valeurs du Trésors (SVT) de leur réseau respectif, en cohérence avec les dernières lois de finances adoptées dans chaque pays et les plans de financements budgétaires, dans le cadre du Programme Économique et Financier avec le Fonds Monétaire International (FMI).