Lancement du budget 2018

LÔÇÖEtat fixe les priorit├®s

Le 10 janvier 2018, les charg├®s de mission de la cha├«ne de d├®pense se sont mobilis├®s sur lÔÇÖensemble du territoire afin de donner le kick-off de lÔÇÖex├®cution budg├®taire.

IMG 2601Accroissement des recettes hors p├®trole, planification rigoureuse des investissements ou encore lerecours exceptionnel ├á la proc├®dure d├®rogatoire, telles sont entre autres, les recommandations faites aux gestionnaires de cr├®dit dans le cadre de lÔÇÖex├®cution du budget 2018 arr├¬t├® en recettes et en d├®penses ├á la somme de 4513,5 milliards de FCFA. Selon les responsables d├®ploy├®es sur le terrain par le Minist├¿re des Finances et le Minist├¿re de lÔÇÖEconomie de la Planification et de lÔÇÖAm├®nagement du Territoire, ces mesures sont dict├®es par un contexte marqu├® par la chute des recettes dÔÇÖexportation, le p├®trole et le cacao notamment ainsi que la survenance des crises s├®curitaires aux fronti├¿res et ├á lÔÇÖint├®rieur du pays. Aussi sera-t-il question de privil├®gier les d├®penses utiles susceptibles dÔÇÖimpacter positivement le v├®cu quotidien des populations.

Le Gouvernement voudrait sÔÇÖappuyer sur cette vigilance qui permettra de relever le d├®fi de la r├®sorption du d├®ficit budg├®taire, crit├¿re essentiel de r├®ussite de la facilit├® ├®largie de cr├®dit conclue avec le FMI en juin dernier. Le pays entend de ce fait d├®gager de la ressource qui lui permettra par un effet de ruissellement de relancer la consommation et la croissance ├á travers le paiement des cr├®ances dues aux PME et autres fournisseurs de lÔÇÖEtat.

DÔÇÖautres appuis budg├®taires apporteront de lÔÇÖoxyg├¿ne ├á la tr├®sorerie de lÔÇÖEtat. Ils proviennent outre du FMI, de la Banque mondiale, de la Banque africaine de d├®veloppement, de lÔÇÖUnion europ├®enne ou encore de lÔÇÖAgence fran├ºaise de d├®veloppement pour un montant global de 1300 milliards de FCFA sur trois ans.

Ainsi, parmi les priorit├®s du budget 2018, il y ala poursuite du vaste programme de projets dÔÇÖinfrastructures entrepris ces derni├¿res ann├®es afin dÔÇÖacc├®l├®rer la croissance ├®conomique, la finalisation des chantiers relatifs ├á lÔÇÖorganisation de la Coupe dÔÇÖAfrique des nations de football que le pays abrite en 2019.

Le financement du budget est adoss├® ├á lÔÇÖ├®largissement de lÔÇÖassiette fiscale dont la contribution attendue est de 3 175 milliards de FCFA. Des emprunts concessionnels et non concessionnels viennent compl├®ter le portefeuille des contributeurs respectivement de150 milliards de FCFA et 436 milliards de FCFA. Toutes choses qui permettront e porter le taux de croissance ├á 4,2%.

Pour plus dÔÇÖefficacit├® dans lÔÇÖex├®cution, les autorit├®s ont fix├® quelques ├®ch├®ances. Ainsi, au 30 mars prochain, les gestionnaires de cr├®dits devront arr├¬ter les engagements ; le 15 octobre est date butoir de lÔÇÖarr├¬t des visas sur les projets de contrats. Le 30 novembre 2018, arr├¬t dÔÇÖengagements et le 31 d├®cembre, cl├┤ture des caisses publiques et arr├¬t des ordonnancements. Le 28 f├®vrier 2019 a ├®t├® annonc├® comme la fin de la p├®riode compl├®mentaire comptable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *