Un outil de sécurisation des transactions financières

La plateforme informatique du CNEF constitue l’un des meilleurs moyens de traque et de maîtrise des opérations frauduleuses effectuées par des agents véreux dans le système financier national.

Les émetteurs de chèque sans provision, les débiteurs indélicats, les mauvais payeurs de tout le système financier ne sont plus à l’abri. Avec la plateforme informatique du Comité national économique et financier du Cameroun, le système financier ne souffrira plus de la présence d’opérateurs insolvables qui écument les livres de nombre de banques et de microfinance.

«Les vols de carte bancaire, les chèques sans provision, les achats via les cartes et les chèques, bref, toutes les opérations sont mises en réseau afin de disposer d’informations fiables. Il est question pour la plateforme de vérifier la régularité des moyens de paiement, de mutualiser et de centraliser les informations pour la sécurité des établissements de crédit, de microfinance et des usagers», explique-t-on au CNEF.

Au-delà des opérations bancaires classiques qui font désormais l’objet d’une sécurité accrue, il y a l’octroi des nano crédits par les opérateurs de téléphonie mobile. «Toutes ces opérations sont prises en charge par la plateforme. Parce que si un usager emprunte 10 000 Fcfa chez un opérateur de téléphonie et qu’il ne rembourse pas, la plateforme sera renseignée et toutes les conséquences qui s’appliquent aux débiteurs indélicats le seront à cet utilisateur. Donc personne n’est à l’abri », rassure-t-on.

Les établissements de crédits et de microfinance disposent aussi, grâce à cette plateforme, d’un tableau de bord des opérations. Ainsi par exemple pour les EMF, toutes les informations sur leur bilan, d’ordre administratif et social sont communiquées dans la plateforme. Celle-ci agrège les informations reçues de tous les établissements de microfinance, puis calcule et met à leur disposition des statistiques et indicateurs sur leurs performances financières, opérationnelles et sociales individuelles, ainsi que pour l’ensemble de leur secteur. Cela leur permet de connaitre leur position dans leur secteur, ainsi que leurs points forts et points faibles.

A l’origine, la plateforme informatique comprenait trois composantes : la centrale des incidents de paiement (CIP), le fichier bancaire national des entreprises (FIBANE) et le Cadre d’analyse et de suivi des établissements de microfinance (CASEMF). Tout ceci contribuait à renforcer la sécurisation des opérations financières et le dynamisme du secteur.

Celui a été renforcé avec d’autres composantes à l’instar de la Centrale des risques des établissements de microfinance (CREMF), le Répertoire national des sûretés mobilières (RSNM) et l’application de calcul et d’archivage du taux effectif global et du taux d’usure. Le but de ces six composantes visait à restaurer et dynamiser la confiance mutuelle entre établissements de crédits, microfinance et leur clientèle, élément indispensable pour un développement financier solide, entre les institutions nationales, les opérateurs économiques et le public.

PCA

Les composantes de la plateforme informatique du CNEF

    La plateforme informatique du CNEF comprend six composantes à savoir :

  • la Centrale des Incidents de paiements (CIP), qui centralise et diffuse les informations sur les ouvertures et clôtures des comptes des clients des établissements de crédit et de microfinance en activité, ainsi que sur les incidents de paiement ;

 

  • le Fichier Bancaire National des Entreprises (FIBANE), qui centralise les données financières des entreprises ayant sollicité ou bénéficié des concours des établissements assujettis, et attribue des scores renseignant sur leurs probabilités de défaut ;

 

  • le Cadre d’analyse et de suivi des Etablissement de microfinance (CASEMF), qui centralise les données des établissements de microfinance, et diffuse des informations sur leurs performances financières, sociales et opérationnelles ;

 

  • la Centrale des Risques des Etablissements de Microfinance (CREMF), qui centralise et diffuse les informations sur les engagements des clients dans les livres des établissements de microfinance et de crédit ;

 

  • le Répertoire National des Sûretés Mobilières (RNSM), qui centralise et diffuse des informations portant sur les biens mobiliers donnés en garantie des crédits obtenus ;

 

l’application de calcul et d’archivage du Taux Effectif Global (TEG) et du Taux d’usure, qui centralise les données sur les taux d’intérêt appliqués aux emprunteurs, et calcule les TEG et Taux d’usure par types de clientèles.